Hypersexualité, addiction sexuelle et traits de personnalité

Parmi les traits de personnalité qui caractérisent le mieux les personnes hypersexuelles et addicts au sexe se trouve la recherche de sensations. Selon la définition de Zuckerman, ce trait implique « le besoin d’expériences et de sensations variées, nouvelles, complexes, et la volonté de s’engager dans des activités physiques et sociales risquées, expériences recherchées pour elles-mêmes ». La recherche de sensations est ainsi la première explication de nos différences d’attitudes envers le hasard et le risque : c’est par besoin de fortes stimulations que l’on s’exposerait à des situations dangereuses. La prise de risque est vécue comme une épreuve que l’on peut traverser avec succès, voire à l’extrême comme une séquence de mort suivie de résurrection. C’est le principe des conduites ordaliques : risquer sa vie au sens littéral ou figuré, s’en remettre au hasard, à la chance, pour en sortir victorieux, prêt à une nouvelle vie.

Cette mise en danger a toujours deux facettes : abandon ou soumission au verdict du destin, mais aussi tentative de maîtrise, de reprise du contrôle de sa vie. Il s’agit d’un risque choisi et non subi, les personnes en attendent un mieux-être même s’il n’est pas forcément conscient. La notion même de mise en danger est biaisée car elles ont le sentiment de maîtriser la situation, ce qui modifie nécessairement leur rapport au risque.

Le risque peut être de différentes natures : risque mortel au sens propre ou mort symbolique familiale, sociale ou professionnelle. Il existe ainsi une part transgressive d’une forme de loi sociale dans cette fuite en avant. On élude les choses censées nous rendre heureux aux yeux de la société, les messages de santé publique de prévention pour certains, on remet en cause la loi établie pour interroger une loi supérieure divine. Cet attrait pour la transgression rejoint la recherche de sensations dans le sens où transgresser procure pour certains un sentiment d’excitation.

C’est bien sûr dans l’histoire personnelle de la personne qu’il faut chercher le sens des conduites ordaliques. Généralement, il s’agit de tentatives de réparation de carences infantiles ou bien d’une réaction à la suite d’un événement traumatique où la personne a cru mourir. L’individu va interroger le destin ou le hasard pour justifier son droit à vivre, il va tenter de fonder la légitimité de sa propre existence, de prouver sa valeur, dans une démarche solitaire en se confrontant à la loi morale, sociale ou judiciaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *