La question des prêtres

Ceci est le résumé d'un article que j'ai écrit que vous pouvez trouver à l'adresse suivante:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1515707-qui-se-cachent-derriere-les-pedophiles-tous-ne-sont-pas-les-monstres-que-l-on-s-imagine.html

La personne pédophile ne va pas choisir de devenir prêtre car elle y voit le cadre idéal pour assouvir ses désirs. Ce n’est pas non plus parce que le prêtre va être frustré sexuellement qu’il va finir par se tourner vers les enfants.

L’hypothèse la plus probable est que le pédophile voit en la religion une protection contre ses penchants. Plus précisément, il va penser que la puissance de l’interdit religieux reste la seule solution pour contenir ses fantasmes.

Seulement, le rôle privilégié du prêtre auprès des enfants va en fait faciliter le passage à l’acte. D’autant que loi du silence au sein de cette institution fournit une couverture idéale. Ajouté à la notion de pardon qui est très importante, au fait qu’il existe une justice de dieu pouvant se substituer à celle des hommes et à une certaine difficulté de la religion à concevoir la pathologie mentale, au final la protection contre un potentiel passage à l’acte est complètement illusoire.

Si vous avez été victime d'actes pédophiles et que vous souhaitez en parler à un professionnel, vous pouvez me contacter, j'exerce en tant que psychologue dans le 10ème arrondissement de Paris

La protection de l’enfant

La prévention se situe à deux niveaux, du côté des agresseurs et du côté des victimes. Mettre en garde son enfant contre les dangers de la pédophilie c’est tout d’abord lever le voile sur cette pratique, arrêter de penser le pédophile comme l’inconnu qui va enlever un enfant à la sortie de l’école. La très grande majorité des abus sexuels sont le fait d’un membre de l’entourage, il est donc primordial de rester alerte aux adultes qui entourent l’enfant.

Quelque soit la provenance du danger, l’important est que l’enfant ait appris d’une part à se sentir propriétaire de son corps et d’autre part à savoir imposer son non. Souvent, les enfants abusés sont des enfants dont le non n’a pas été entendu ni respecté, donc pour qui il n’a pas de valeur. Ils se sentent comme des êtres soumis aux injonctions de l’adulte. L’absence de respect du non de l’enfant n’est pas la prérogative du parent abusif. Nous le faisons tous à différents niveaux, par exemple lorsqu’un enfant n’a pas envie d’embrasser une personne ou n’a pas envie d’aller chez une autre et qu’on lui force un peu la main. En décidant pour lui des contacts qu’il doit avoir avec autrui on lui ôte toute confiance en son propre jugement. De plus, un enfant qui n’est pas entendu est un enfant à qui on supprime la possibilité de demander de l’aide. Dans l’esprit de l’enfant, tous les adultes incarnant l’autorité parentale, ils est facile de se constituer en tant qu’être tout puissant à ses yeux. Ainsi, ces éléments, associés à une personne personne malveillante font le lit des abus.

Les enfants surprotégés, sources d’inquiétude excessive de la part des parents, sont eux aussi vulnérables. En effet, sujets à une sollicitation sexuelle, ils vont tout de suite être débordés par l’angoisse et donc perdre tous leurs moyens. De même, les enfants à qui l’interdit de l’inceste n’a pas été clairement énoncé vont être des proies faciles pour les agresseurs car ils ne vont pas savoir distinguer amour et sexualité ainsi que sexualité des adultes et sexualité des enfants.

Lorsqu’il se sent en danger l’enfant donne toujours des indices, de même qu’il va tenter de raconter au mieux sa souffrance lorsqu’il est abusé. C’est aux adultes de savoir l’écouter, d’être sensible à sa parole mais aussi aux autres modes d’expression comme le jeu, le dessin, le corps… L’affabulation est extrêmement rare chez les jeunes enfants, ils savent qu’en mentant, ils s’attireraient plus d’ennuis que de soutien. Quand ils mentent, c’est souvent dans le cadre d’un conflit de loyauté, l’enfant est manipulé par l’adulte qui lui suggère ses propos. Pour cette raison, il faut toujours porter une grande attention à la première révélation qui est généralement la bonne.

Signes d’un abus chez l’enfant

Lorsqu’un enfant est ou a été abusé son comportement va changer, on observe une rupture avec sa façon habituelle de fonctionner. Comme il n’est pas toujours capable de dire ce qu’il vit ou a vécu, il va tenter de l’exprimer autrement. Il peut devenir triste, instable, s’isoler, refuser d’être seul avec certains adultes, présenter des troubles du sommeil, de l’alimentation, ou des difficultés scolaires. Chez certains on peut noter une masturbation compulsive, des comportements sexuels exagérés, des dessins explicitement sexuels voire un brusque intérêt pour les parties génitales des adultes. D’autres vont développer une phobie soudaine de certains lieux, des plaintes somatiques ou encore présenter une perte d’intérêt pour les activités et loisirs habituels. Chez les adolescents la souffrance peut s’exprimer au travers de tentatives de suicide, fugues, scarifications, consommation de substances etc.

Si vous avez été victime d'actes pédophiles ou si vous soupçonnez un abus sur un enfant de votre connaissance et que vous souhaitez en parler à un professionnel, vous pouvez me contacter, j'exerce en tant que psychologue dans le 10ème arrondissement de Paris

Les traitements de la pédophilie

Ceci est le résumé d'un article que j'ai écrit que vous pouvez trouver à l'adresse suivante:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1513603-comment-traite-t-on-vraiment-la-pedophilie-en-france.html

Il n’existe pas de traitement miracle contre la pédophilie. Celui qu’on érige en maître, à savoir la castration chimique, présente en réalité de grandes défaillances.

Un des principaux défauts est qu’il enlève la notion de responsabilité de ses actes à la personne pédophile. Prendre ce traitement c’est un peu se voir comme une machine incontrôlable que seul un médicament pourra maîtriser. Or, on sait qu’il est possible, grâce à un travail thérapeutique, d’arriver à faire en sorte que la personne pédophile maîtrise ses pulsions.  Car si la pédophilie n’est pas un choix, ce qui l’est en revanche c’est le passage à l’acte.

Une autre action possible sur le trouble est de faire évoluer l’objet du désir sur des adultes. De nombreux pédophiles s’étonnent de voir, qu’après un travail thérapeutique, ils arrivent à éprouver un désir sexuel pour des adultes et à investir une relation amoureuse avec une personne de leur âge.

La répression ne peut pas être la seule solution comme c’est le cas en France. Même s’il est prouvé que la crainte de la répression empêche le passage à l’acte ou prévient la récidive, elle conforte les gens dans l’idée que tous les pédophiles sont des psychopathes ce qui renforce la confusion entre pédophile abstinent et pédocriminel. De plus, cela ne règle pas la question de la souffrance qu’éprouve une majorité de pédophiles ni le fait que nombre d’entre eux sévissent sans jamais être appréhendés.

La meilleure solution pour prévenir les agressions sexuelles sur mineur est de prendre en charge les pédophiles avant qu’ils ne passent à l’acte. Les tendances pédophiliques apparaissent toujours soit durant l’enfance soit à l’adolescence. Le premier passage à l’acte peut se faire très jeune ou venir bien plus tard alors que l’adulte aura éprouvé durant des années ses fantasmes.

Pour faire en sorte que les pédophiles abstinents viennent consulter il est important qu’ils se sentent moins jugés comme des monstres pervers. Car en leur renvoyant cette image d’eux-même on contribue à les isoler, et un pédophile isolé est un pédophile potentiellement dangereux. Dans cette optique l’association l’Ange Bleu fait un travail remarquable de soutien aux personnes pédophiles.

Si vous avez des fantasmes pédophiles et que vous souhaitez en parler à un professionnel, vous pouvez me contacter, j'exerce en tant que psychologue dans le 10ème arrondissement de Paris

Qui sont les pédophiles?

Ceci est le résumé d'un article que j'ai écrit que vous pouvez trouver à l'adresse suivante:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1515707-qui-se-cachent-derriere-les-pedophiles-tous-ne-sont-pas-les-monstres-que-l-on-s-imagine.html

Il ne faut pas confondre pédophile et pédocriminel. On peut être pédocriminel sans être pédophile, c’est à dire agresser sexuellement un enfant sans pour autant avoir une attirance sexuelle pour les enfants; et pédophile sans être pédocriminel. La majorité des personnes pédophiles sont en effet abstinentes car ils savent le mal qu’ils feraient à l’enfant s’ils en venaient à passer à l’acte.

En cela, tous les pédophiles ne sont pas les monstres que l’on s’imagine. Ils souffrent de leur état et en viennent parfois même au suicide pour mettre fin à cette souffrance.

En fait, une grande part des agresseurs d’enfants ne sont pas pédophiles. Il peut s’agir d’une agression dans le cadre d’un épisode psychotique, d’une déficience mentale, d’une prise de substances ou encore d’un fonctionnement psychique pervers, manipulateur. Ce sont ces derniers que l’on peut définir sous le terme de psychopathes, car leur but est de dominer un être vulnérable, de jouir par la souffrance de l’autre.

Il n’existe pas de profil type du pédophile. Certains sont uniquement attirés par des enfants, d’autres aussi bien par des enfants que des adultes. Leur désir peut se porter sur des garçons, des filles ou l’un et l’autre indifféremment. Un pédophile n’a pas été nécessairement abusé dans son enfance.

Les pédophiles pédocriminels sont souvent des adultes immatures qui tombent amoureux d’un enfant et dont les marques d’affection glissent progressivement vers la sexualité sans faire intervenir de contrainte physique. La majeure partie du temps ils pratiquent des attouchements sans coït. On est loin de l’image du pédophile froid, manipulateur et dominateur. Ils profitent de la curiosité et de la naïveté de l’enfant en matière de sexualité au lieu d’user de la force.

Il est difficile de faire un résumé dans ce domaine car il existe une multitude de traits de personnalités différents, d’éléments psychiatriques spécifiques, etc. Il faut toujours faire attention à ne pas tomber dans la caricature qui est le plus grand vecteur de stéréotypes.

Ce qu’il est néanmoins important de garder à l’esprit, c’est que, dans environ 80% des cas l’agresseur est connu de l’enfant. Il peut s’agir d’une personne de la famille, d’un professeur, d’un éducateur, d’un ami des parents, d’un prêtre…

On ne connaît pas les causes de l’attirance pédophile. On sait que chez beaucoup de pédophiles il y a eu une histoire infantile faite de carences, de violences ou encore une initiation précoce à la pornographie ou au jeux sexuels (par un camarade par exemple). Mais ne pas connaître la cause exacte d’un trouble n’a jamais empêcher de savoir le traiter.

Si vous avez des fantasmes pédophiles et que vous souhaitez en parler à un professionnel, vous pouvez me contacter, j'exerce en tant que psychologue dans le 10ème arrondissement de Paris