les statistiques sur les violences sexuelles

  • 84 000 femmes et 16 000 hommes âgés de 18 à 75 ans sont victimes de viols ou tentatives de viol chaque année.
  • En ajoutant les mineurs que l’on estime à environ 154 000 victimes, on arrive au chiffre de 25 2000 victimes chaque année.
  • 51% des violences sexuelles sont subies avant 11 ans et 81% avant 18 ans.

  • Les femmes avec un handicap physique ou une déficience intellectuelle subissent 4 fois plus de viols que les autres

  • Au cours de leur vie, 1 femme sur 6 et 1 homme sur 20 déclarent avoir subi des viols ou des tentatives de viol.

  • 1 viol est déclaré toute les 40 minutes

  • Seuls 10 % des viols (et 2% des viols intrafamiliaux et conjugaux) font l’objet de plainte.

  • L’agresseur est connu dans 90% des cas, c’est un membre du ménage dans 54% des cas, un conjoint dans 38% des cas.

  • Moins de 3% des viols, pourtant qualifiés de crimes par la loi, sont jugés en cours d’assise (les autres sont jugés au tribunal correctionnel).*

  • 1% des agresseurs font l’objet d’une condamnation

  • 96% des agresseurs sont des hommes

Au tribunal correctionnel on juge le délit d'agression sexuelle non le crime du viol. C'est à dire qu'on "oublie" le fait que la victime a été pénétrée. Cette décision relevant du procureur ou du juge d'instruction est souvent motivée par le désir de désengorger les tribunaux car ces procès sont moins longs, moins chers, moins éprouvants et sans jurés. L'avocat de son côté peut lui aussi inciter la victime à porter plainte pour agression sexuelle et non pour viol, notamment dans le cas où il s'agit par exemple d'une fille qui sort ivre de boîte de nuit et qui monte dans la voiture d'un inconnu, car aux assises l'avocat de la défense aura tendance à ramener la victime là dessus, à convaincre les jurés de sa responsabilité voire de sa culpabilité, ce qui ne pourra qu'empirer sa détresse. Au niveau des peines, la moyenne en correctionnelle est de 1 an et 9 mois, elle est de 6 ans aux assises. Les relaxes sont deux fois plus nombreuses en correctionnelle. Le délais de prescription passe de 10 à 3 ans pour les victimes majeures et de 20 à 10 ans pour les victimes mineures.
Si vous avez été victime de violences sexuelles et que vous souhaitez en parler à un professionnel, vous pouvez me contacter, j'exerce en tant que psychologue dans le 10ème arrondissement de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *